Salariés et chômeurs-précaires, ensemble contre la dérive infernale de Pôle Emploi !

29/12/2009 12:13

 

Les suicides et tentatives de suicide se multiplient à Pôle Emploi : de la part des salariés, plusieurs tentatives à Argenteuil, Villejuif, Noisy-le-Grand, et de la part des chômeurs, ce dont les médias évitent scrupuleusement de parler, comme le suicide récent d’un demandeur d’emploi sur le parking de Pôle Emploi à Château-Gonthier.

La machine Pôle Emploi est infernale et broie ses salariés et ses usagers.

La fusion ASSEDIC-ANPE imposée à marches forcées entraîne à Pôle Emploi la même désorganisation des métiers et savoirs professionnels, la même casse des collectifs de travail par la moulinette des logiques de gestion et de management qu’à France Télécom, avec les mêmes conséquences à terme. Par ailleurs, les agents, le voudraient-ils, ne peuvent plus faire un travail correct d’accompagnement des chômeurs et d’information sur leurs droits. La direction les presse de sanctionner et de fliquer en permanence (offre raisonnable d’emploi et logiciel oblige !) et promeut des pratiques malsaines de dénonciation des sans-papiers.

Les chômeurs et précaires doivent faire face à des radiations, des indus et des retards de paiements, au refus de formation, à l’obligation de faire du zèle et à paraître motivés. De plus en plus d’entre eux sont adressés à des boites privées de sous-traitance subventionnées par Pôle Emploi où les pires méthodes de coaching leur sont imposées lors de « suivis intensifs ». Les droits collectifs sont ignorés (à titre d’exemple, les panneaux d’information sur les associations de chômeurs ont quasiment disparu, et presqu’aucune information n’est faite sur la prime exceptionnelle de 500 euros !).

Nous, chômeurs et salariés refusons cette spirale infernale, qui nous broie tour à tour des deux côtés du guichet.

-  Nous exigeons l’arrêt de la mise en place des sites mixtes, de l’accueil commun et de l’entretien unique ;

-  Le maintien de chaque salarié de Pôle emploi sur son métier et dans son collectif de travail ;

-  La fin du 39-49 ;

-  Le rétablissement d’un accueil optionnel, personnalisé et humain, et d’un accompagnement non contraint vers un emploi ou une formation librement choisis ;

-  Des durées convenables d’entretien ;

-  La fin de l’accompagnement par des opérateurs privés ;

-  L’arrêt de toutes les radiations et l’interdiction des indus ;

-  L’accès à toute l’information sur leurs droits pour les chômeurs ;

-  Le retour à un véritable service public de l’emploi, avec toutes les garanties pour les agents et pour les usagers ;

-  Un emploi convenable ou un revenu correct pour tous avec ou sans emploi.

AC !, APEIS, APNEE-Actuchômage, l’Appel et la Pioche, CGT-Chômeurs, CNT-ANPE, la Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France, Marches Européennes, MNCP, SNU-Pôle Emploi, Solidaires SUD Emploi

 

 

Publié sur HNS-info

—————

Précédent